école-sarabureddo

Une école où cohabitent vampires et humains. Une directrice un peu folle, qui croit que les vampires peuvent s'entendre avec les humains. Bienvenu(e)s dans cette pension où tout les dangers rodent!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Plus antipathique que jamais...[ Libre ! ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Sachiko Robins

avatar

Nombre de messages : 73
Date d'inscription : 08/02/2009

Feuille de personnage
Age:: 17 ans d'apparence humaine
Race:: Vampire
Petit(e) ami(e): ...Dans le frigo peut être ? x)

MessageSujet: Plus antipathique que jamais...[ Libre ! ]   Sam 14 Fév - 21:31

Sachiko avançait, sourcils froncés, la mine boudeuse.Etait-elle en colère ? Non, dire ça serait un euphémisme.En réalité, elle fulminait.Une colère à la fois sourde et muette.Enfin, si quelqu'un avait eu le courage de l'accoster, là elle n'aurait pas donné cher de sa vie.Cette pensée l'amena à parcourir ses longues dents blanches du bout de la langue.
Et la cause de sa fureur était encore plus repoussante.Lui.Son propre père.Celui qui l'avait contrainte à quitter sa vie, à la fois destructrice et rassurante.
Car oui, même si elle s'enfonçait de plus en plus, elle ne voulait pas remonter.Son éternel solitude était reposante, elle fuyait avec application le changement.Et il l'avait obligée à changer, chose encore plus repugnante, son quotidien, la vue de sa progéniture en pleine auto-destruction devenant trop encombrante pour un homme aussi fier.Alors il l'avait balancé là dans ce pensionnat ridicule.Comble d'ironie, il n'était même pas au courant de ce qui était accueilli dans ce lieu.Des humains.Un sourire narquois vint se dessiner sur les fines levres de la jeune fille.Si elle n'avait pas été obligée d'affronter la présence d'autant de personne, cette situation l'aurait presque amusée.
Et sa mère, sa chère mère ne s'était bien sûr pas opposée à ce sujet.Enfin, elle n'en éait pas tellement étonnée.Ses parents avait toujours été sur la même longueur d'onde, en tout cas pour expédier leurs enfants à des kilomètres a la ronde.Sa soeur ainée qu'elle n'avait connu que tres brievement.
Cette constatation entraina un nouvel accès de rage chez la jeune vampire, ses pas se firent pressés.Ses pas oui.Car, le comble, c'est qu'ils l'avaient forcée à venir à pieds.
Sous ses jambes vives, le paysage defilait.Sa silhouette sombre contrastait avec le paysage enneigé, dans cette immensité elle paraissait plus fragile que jamais.
Les flocons tombaient doucement du ciel, parsemant les collines alentours qui semblaient à présent être de longs tapis de neige.
La lac gelé était à présent semblable à un miroir, le soleil qui se fesait plutôt timide se reflétait dessus, donnant au paysage quelque chose d'à la fois beau et irréel.
Mais ça, la jeune vampire s'en contrefichait.
Des paysages semblables, elle en avait déjà traversé.A présent, seul son but la préoccupait.Ses pas la rapprochaient inexorablement de ce lieu qu'elle détestait déjà, sans pourtant n'y avoir jamais mis les pieds.
Ce pensionnat, ce lieu où son père l'avait inscrite contre sa volonté: appelez-le comme vous voulez.Le fait est qu'elle était furieuse et blessée dans son orgueil.
Elle qui se laissait avec joie couler,depuis quelques demi-siècles déjà, qui s'auto détruisait peu à peu et qui en était cependant pleinement consciente.Elle qui attendait seulement que le temps passe, et qui jouissait pleinement de sa solitude, on l'obligeait à renouait des liens avec la civilisation, à partager son quotidien avec autre qu'elle même.
Et cette idée ne lui plaisait pas, mais alors pas du tout.L'idée de devoir supporter les rires, les manifestations de joie ou d'enthousiasme des autres, elle la répugnait.
Etait elle particulièrement égocentrique ? Non.Mais son passé avait convaincu la jeune vampire de ne plus jamais s'attacher à quiconque, et elle respectait cette consigne à la lettre, si bien que c'en était devenu naturel.Petit à petit, la présence des autres l'avait même dérangée.Finalement, elle s'était enfermée dans son mutisme, devenant de plus en plus taciturne, mais profitant pleinement de cette solitude.

Elle referma un peu plus son manteau long et fin, noir et inutile sur ses épaules dénudées.Pour simple tenue, une robe toute aussi sombre, commencant par un bustier travaillé.Le bord de la jupe tombait, souple, sur ses fines jambes.Ses bottes de cuir s'enfonçaient dans la neige, creusant des trous dans le sol à chacun de ses pas.Mais ce qui étonnait le plus, c'était son visage.Sa peau tellement blanche, ses cheveux, qui contrairement à sa tenue distinguée tombaient nonchalemment en cascade sur ses épaule, tellement sombres, et ses yeux onyx.Mais surtout l'expression de son visage.Elle semblait froide, totalement hermetique a toute discussion.
Les simples personnes qui s'étaient retournées sur son passage avait essuyé un echec, pas même un regard ou une toute autre marque d'attention.

C'est ainsi que ses pas la menerent à la pension.Ce lieu qui lui semblait deja comme son trépas.Ce lieu qui s'afficha à elle dans toute sa grandeur.Le batiment était imposant, certainement visible à des metres de la porte.Un porte fermait les jardins qui entouraient le bâtiment principal.Un sentiment innomable lui fit porter sa main à la sacoche en cuir qui lui battait la hanche à mesure de sa progression.Elle en sortit un paquet.Puis du paquet une cigarette.Et oui, cette sale manie avait même atteint la jeune vampire.Elle alluma la cigarette et en inspira une bouffée de fumée.Ce geste familier la poussa a faire un autre pas.Elle toucha du bout des doigts la porte qui lui faisait face.Elle posa son front à côté de sa main, puis soupira.Le bois froid lui semblait antipathique, sans qu'elle ne sache pourquoi.Elle se décolla de l'entrée et fit face quelques instants au bâtiments.Elle écrasa la cigarette entre ses doigts fins.La brûlure disparut presque aussitôt.Un avantage de son statut.
Elle posa sa main sur la poignée, puis la tourna.Elle arriva alors dans le hall richement décoré.Un sentiment d'inferiorité fit aussitot surface.Elle savait qu'elle ne pourrait jamais se retrouver ici, et cette idée lui déplaisait fortement.Car elle allait devoir demander de l'aide.Et cette idée la répugnait.


" Y'a quelqu'un ? "

Sa voix, semlable à un murmure, résonna faiblement dans le hall.Au moins, elle était sûre que seulement quelqu'un à l'ouïe surdeveloppée, un vampire bien sûr, pourrait l'entendre.
Elle posa sa valise par terre et s'assit dessus, affichant une mine profondement ennuyée.Au moins, elle était patiente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Robins

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 08/02/2009

Feuille de personnage
Age:: 18
Race:: Vampire
Petit(e) ami(e): Sérieusement ?

MessageSujet: Re: Plus antipathique que jamais...[ Libre ! ]   Sam 14 Fév - 23:02

[ Petite précision, je fais arriver Matthew avant Sachiko si ca ne te gène pas bien sûr =) ]

Les premiers pas de Matthew dans la ville où il vivait depuis une semaine environ avaient été catastrophiques : il ne savait rien (ou presque) du comportement des personnes qu’il voyait tous les jours, et même si ce n’était que des visages qui apparaissaient et disparaissaient sans qu’il n’ait aucun contact avec, cela angoissait le jeune vampire. Il se sentait tellement impuissant face à ce nouveau monde qui se présentait face à lui. Il avait tout simplement l’impression d’avoir été plongé dans un endroit inconnu. La jungle … La ville.Malgré ses premiers pas catastrophiques, Matthew avait su se débrouiller ne serait ce que pour se trouver un hôtel dans lequel dormir quelques jours et comprendre comment un plan fonctionnait réellement. Le plus important pourtant, était qu’il avait trouvé un pensionnat dans lequel étudier et vivre alors, pourquoi ne pas tenter le coup ? De toute façon il n’avait pas le choix, c’était pour lui la seule solution.

Une heure. Cela faisait exactement une heure que Matthew était monté dans son taxi et il commençait à s’impatienter. Chose qui n’était pas étonnante venant de lui. Le brun avait pourtant essayé de tuer le temps, assis sur ce siège d’un gris monotone, égal à tout l’intérieur du taxi d’ailleurs. Le brun, après s’être essayé à différents loisirs enfantins, s’amusait désormais à souffler sur la vitre, ce qui provoquait une buée blanchâtre sur laquelle il dessinait tout un tas de ‘choses’ qui lui évoquaient peut être quelque chose à lui, mais dont personne d’autre n’aurait pu dire ce dont il s’agissait. Jetant finalement un coup d’œil au chauffeur du véhicule, Matthew put remarquer qu’il scrutait ses moindres faits et gestes sans dire un mot, un air mauvais sur le visage. Le brun devinait finalement ce qui l’agaçait et prit un malin plaisir à jouer sur les nerfs de l’homme. Tout cela amusait Matthew, il devait l’admettre, mais son visage reste tel quel sans qu’aucune émotion ne vienne froisser cette beauté presque irréelle. Son petit jeu dura une vingtaine de minutes, et pendant ce laps de temps, le brun eut l’étrange impression que son chauffeur avait accéléré. L’agaçait-il tellement que ça ? La question n’avait plus aucune importance puisque Matthew était enfin arrivé à destination. Il descendit sans cacher son empressement et paya en vitesse l’homme avec qui il avait passé cette heure qui lui avait semblé interminable. Le brun n’était pas patient, et cela, il le savait et ne le démentait pas. Le vampire avait la désagréable impression d’avoir des fourmis dans les jambes, il faut dire qu’il ne supportait guère d’être enfermé plus d’une heure et encore plus dans un endroit aussi restreint qu’un taxi. Un début de claustrophobie ?

Le vampire sentit quelque chose de froid sur sa peau et leva alors les yeux. De la neige, il ne manquait plus que ça … Heureusement, elle commençait à peine à tomber et seuls quelques flocons atteignaient Matthew. Le brun ne put s’empêcher une grimace et avança des quelques pas qui le séparait du portail de fer. Il lâcha un long soupir avant de le pousser le plus doucement qu’il le put. Une fois ce même portail passé, le vampire continua son chemin jusqu’à se retrouver face à l’imposant bâtiment. Matthew était loin d’imaginer le pensionnat dans lequel il allait désormais vivre de cette manière. Il s’attendait à bien moins … imposant. Sans pour autant le laisser paraître, il était à la fois étonné et satisfait. Le brun se décida finalement à franchir le seuil de la porte et arriva dans une grande pièce lumineuse et accueillante. Peut être même trop accueillante et chaleureuse au goût du jeune vampire. Celui-ci barra ses yeux de sa main. La lumière était trop violente par rapport à celle du peu de soleil qu’il y avait dehors et elle éblouissait le vampire, qui avait les yeux plutôt sensibles, il faut l’avouer. Il resta un temps dans cette position et une fois habitué à la lumière, retira sa main pour admirer calmement l’intérieur de la pièce, tout en remarquant qu’il n’y avait pas âme qui vive dans le hall. Peut être les élèves du pensionnat étaient-ils en cours ? Matthew n’en avait aucune idée puisqu’il n’avait aucune idée de l’heure qu’il pouvait être. Machinalement, il tendit son bras et poussa sa manche pour regarder la montre qu’il n’avait pas. Certainement l’avait-il perdu pendant son déménagement express. De toute façon, elle n’avait aucune valeur sentimentale pour le brun, ce n’était qu’un accessoire qu’il se rachèterait plus tard. Pourtant, ceci agaça le vampire et il soupira une fois de plus, ne se retenant pas, cette fois, pour faire du bruit. Finalement, le brun avança de quelques pas et s’adossa au mur le plus proche, dans le seul coin de la pièce qui n’était pas illuminé. Le fait d’être dans l’ombre rassurait un temps soit peu Matthew. Il aimait cette impression de pouvoir voir sans être vu qui lui donnerait l’avantage si quoi que ce soit arrivait.

Après une quinzaine de minutes et plusieurs bâillements bruyants sans qu’il n’y ait aucune trace de vie dans le pensionnat. Un bruit attira le regard sombre du vampire. Une jeune fille, qu’il n’avait pas vu arriver, était dos à dos avec le mur en face de celui ou il se trouvait. L’inconnue semblait aussi mécontente que lui, sinon plus. Matthew se mit à la détailler lentement, sans dire un mot, se demandant quel genre de personne pouvait bien être l’inconnue en face de lui. Même s’il en avait déjà une petite idée. Quelques minutes déjà s’étaient écoulées depuis la question de la jeune demoiselle et le vampire se décida finalement à avancer de quelques pas dans sa direction, se dévoilant une fois de plus à cette lumière trop forte mais ne dit pourtant rien, restant debout devant la jeune femme, lui laissant l’occasion de l’étudier comme lui-même l’avait fait quelques temps auparavant.


[ Il semblerait que Matthew soit aussi muêt que Sachiko .... x) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sachiko Robins

avatar

Nombre de messages : 73
Date d'inscription : 08/02/2009

Feuille de personnage
Age:: 17 ans d'apparence humaine
Race:: Vampire
Petit(e) ami(e): ...Dans le frigo peut être ? x)

MessageSujet: Re: Plus antipathique que jamais...[ Libre ! ]   Dim 15 Fév - 19:31

[ Non, non cela ne me gêne pas =) Ah au fait, comme les deux ne se sont pas vus depuis longtemps je pense que c'est cohérent qu'il ne se reconnaissent pas tout de suite oO ]




Le temps passait sans vraiment que Sachiko puisse dire combien de temps s'était écoulé depuis qu'elle eut franchi la porte.A vrai dire, comme certains vampires, la jeune fille avait depuis quelques temps ( plusieurs décennies ) perdu sa considération du temps, et les minutes, les heures, le temps s'écoulait s'en qu'elle en ai conscience.
C'est donc avec une patiente inouïe qu'elle attendait, perchée sur sa valise.Un de ses doigts enroulait inconsciemment une mèche de ses cheveux, d'un geste lent.Son autre main caressait avec douceur l'étui de son violon vieux de plusieurs demi siècles, d'un geste presque empli d'affection.Elle songeait avec anxiosité à l'accoustique que lui reserverait sa prochaine chambre.Elle esperait ne pas avoir à la partager avec quiconque.

C'est ainsi qu'elle attendit, dans la lumière dérangeante, parfaitement consciente de n'être pas seule.Sa sensibilité développée de vampire lui confirmait cette présence.Son odorat lui permettait de savoir que cette personne n'avait rien d'humain.Qu'importe, d'une certaine manière, elle préférait cela à devoir affronter cette espèce inferieure qu'elle jugeait cependant effrayante.Et oui, ces créatures fragiles et emplies d'émotions l'effrayaient sans qu'elle ne puisse dire pourquoi.Mais après tout, la séparation entre les deux especes depuis son plus jeune âge imposée par son père devait y être pour quelque chose.Elle avait deja du mal a supporter une présence autre que la sienne, alors que celle-ci soit différente d'elle même était encore plus contraignante.Pourtant la jeune fille n'avait rien de son père.Elle ne détestait pas les humains.Elle ne leur vouait pas une haine sans égal.Elle répugnait presque même à s'abreuver de leur sang.Pourtant, un sevrage n'était pas particulièrement recommandé dans son état.Elle caressa ses dents du bout de la langue ,d'un geste dépourvu de sens, plus dicté par l'habitude, avant de se mordre la lèvre inferieur de sa canine d'impatiente.

Sachiko se sentait dévisagée, on l'observait.Cette sensation d'être scrutée des pieds à la tête l'oppressait.Elle détestait être source d'attention.Recolter le moindre regard la dérangeait.Elle sentit un bref frisson parcourir son échine.Cette situation la mettait mal à l'aise.Il était temps de mettre fin à ce jeu du chat et de la souris.


" - Il ne me semble pas que de rester là sans vous présenter est très poli. "

Un sourire amusé se dessina un bref instant sur ses lèvres quand, en même temps qu'elle prononcait cette phrase, une ombre sortait de l'obscurité.
La lumière se déversa brusquement sur ses cheveux de jais, illuminant ses yeux onyx.La jeune vampire détailla le nouveau venu avec interêt.Apres tout, cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas eu droit à une distraction.
C'était un jeune vampire, de sexe masculin.Plutôt svelte et fin, sa silhouette longiline était soulignée par des vêtements sombres.Sa peau blanche, trop blanche pour être humaine, ne laissait aucun doute sur sa véritable identité.La jeune vampire se leva, s'approchant un peu de l'inconnu.Il était plus grand qu'elle, mais à vrai dire c'était chose facile car Sachiko n'était pas particulièrement grande.Sa beauté irréelle avait quelque chose de froid.Il semblait être aussi taciturne que réticent à tout contact.
Mais quelque chose, et non la moindre, crispait interieurement la jeune vampire.Ce nouveau venu, dans toute sa splendeur ressemblait étrangement à quelqu'un qu'elle ne connaissait que trop bien.Et pour cause, il s'agissait de son frère.Il lui ressemblait beaucoup.Dans son attitude.Mais quelque chose la rassurait : cela ne pouvait être lui.Tout simplement car cette ressemblance frappante était certainement dûe à son imagination, mais aussi que son regard n'était absolument pas le même.
Car Matthew n'aurait jamais pu la regarder comme ca, ne l'avait jamais fait.Elle se rappelait les yeux sombres de son frère, rassurants, source de confiance en elle.Cet homme là avait un regard froid, impénétrable, tout en lui inspirait la crainte.Enfin, aussi chétive qu'elle semble, Sachiko n'avait pas peur de lui.Elle savait se défendre et attaquer, malgrè ce que l'on aurait pu en penser en la regardant.

Elle tenta de dissiper le malaise qui s'emparait d'elle.Elle détestait quand elle était comme ça.Bien qu'elle n'en laisse rien paraitre, la vue de cet inconnu l'avait remué, un tas d'émotions refaisaient surface.Elle qui pensait depuis longtemps avoir oublié l'image de son grand frère, pouvoir se débrouiller seule, elle était obligée de voir qu'elle avait tout faux.
Un sentiment de honte et de colère la piqua.Elle detesta un peu plus ce lieu, que remuait tant de chose en elle, chose qu'elle pensait enfouies.
Sachiko balaya ses pensées d'un mouvement rapide, imperceptible, de la tête.Elle s'approcha un peu plus de cette personne, qu'elle se mit à haïr cordialement pour sa ressemblance avec Matthew.Se hissant sur la pointe des pieds, sa bouche à hauteur de son oreille, elle se mit à murmurer d'une voix denuée d'émotion :


" - Alors, qui es-tu ? "




[ Désolée ca risque d'être court >< ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Plus antipathique que jamais...[ Libre ! ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Plus antipathique que jamais...[ Libre ! ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Suivre les règles? Jamais! [Libre]
» Libre à jamais dans mon cœur et dans mon âme... [Libre aux indiens]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Pas sur la neige...[Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
école-sarabureddo :: Rez-de chaussé :: Hall d'entrée-
Sauter vers: